Gombo

Variétés
Epoque de culture
Type de sols
Mode de culture
Récolte et conservation
Transformation
Ennemis

Variétés : Sabalibougou - Clemson spineless - Keleya

Variétés Période Forme couleur Viscosité Rendement t/ha
Sabalibougou Février octobre Allongée rouge -violacée visqueux 10-15
Clemson spineless Février octobre Vert oblongue Peu visqueux 15-30
Keléya Février octobre Allongée vert -clair Très visqueux 10-15

Epoque de culture : février à octobre. La croissance est fortement ralentie en période fraîche (novembre -janvier)

Type de sols : Le gombo s’adapte à tous les sols mais les meilleurs résultats sont obtenus sur de sols légers, bien drainés et riches en matière organique.

Mode de culture : semis direct sur billons ou en planche

Culture en plein champ

Fertilisation : incorporer au moment de la préparation du sol 10 t/ha de fumier bien décomposé et les doses suivantes d’engrais minéraux à l’ha :

-50 P2O5 /ha

-50 K20 /ha

L’assimilation étant assez faible pendant le premier mois de la culture, l’azote sera apporté exclusivement en couverture à la dose de 80 unités /ha reparties entre 20,40 et 60 jours après le démariage.

Semis :La densité de plantation optimale est de 60.000 à 75. 000 plants / ha.

Ecartements : 0,80m x 0,20m ou 0,80m x 0,16m

Semer 2-3 graines par poquet.

Démarier à 1 plant par poquet environ 3 semaines après le semis quand les plants ont 10 à 15cm de hauteur. Faire suivre par un arrosage. Il est conseillé de tremper les graines dans de l’eau la veille du semis.

Entretien et irrigation : Sarclo -binages réguliers surtout en début de culture.

Arrosages réguliers. La sécheresse provoque la chute des jeunes fruits.

Récolte et conservation : Selon les variétés les jeunes fruits seront récoltés à des longueurs différents mais avant de stade de lignification. Le gombo se conserve difficilement, au maximum 2 à 3 jours dans un endroit frais et humide.

Transformation : il est possible de sécher des rondelles de gombo au soleil.

Rendement : 10-15 tonnes/ ha

Ennemis :

Insectes : Nisotra uniformis ( Coléoptère)

Les adultes bruns claires de 3 mm de long trouent les feuilles de nombreux petits trous.

Méthodes de lutte chimique : Sumicidin, Décis, Systoate.

Myzus persicae et Aphis gossypii ( pucerons)

Petits insectes jaunes, verts, bruns, noirs vivant en colonies. Ils sucent la sève des plants et transmettent des maladies virales.

Méthodes de lutte chimique Pynmicarbe, Systoate, Thiodan Décis

Zonocerus variegatus (criquet puant)

Sautériaux ressemblant aux criquets à la différence qu’ils sont solitaires. Ils rongent les tiges et les feuilles.

Méthodes de lutte chimique : Diazinon, Fenitrothion

NEMATODES

· Meloïdogyne sp :

Petits vers blancs se fixant à l’intérieur des racines. Ils provoquent des nodosités ou boules sur racines : les plantes attaquées flétrissent et meurent.

Méthodes de lutte culturale : Rotations culturales avec plants non sensibles (oignon, arachide)

Lutte Chimique : Nématicides Mocap, Isophenfos

MALADIES

· Fusaruim oxysporum (fusariose)

Flétrissement des plants. Stries brunes dans les tiges en les coupant en oblique

Méthodes de lutte : Pratiques culturales : rotation culturale de 5 ans ; ramassage et élimination

des résidus de récoltes.

Lutte chimique : Labilite, Topsin

· Oidium abelmoschi (le blanc) :

Tâches poudreuses blanches sur les feuilles, suivies d’un feutrage blanc qui envahit le limbe. La feuille se dessèche et tombe.

Méthode de lutte chimique : Bayleton,  Topsin.